Comment développer les intérêts intellectuels de mon enfant sans chambouler mon horaire

L’école primaire à 3 jours semaine c’est parfait et c’est peut-être assez.
April 27, 2017

Tout cela a débuté avec deux histoires :
la première vient de chez moi la deuxième vient d’une amie mais je l’ai souvent entendue.

1. « Maman aujourd’hui j’ai pas envie d’aller à l’école. J’ai envie de jouer »
– Olivia 5 ans.
2. «Je suis vraiment fière de mon fils puisqu’il s’intéresse vraiment aux chiffres et aux lettres, il a même commencé à écrire des petits mots. Je l’ai félicité mais je ne veux pas mettre l’emphase là-dessus étant donné que l’année prochaine il entre à l’école, j’ai peur qu’il s’ennuie ou qu’il dérange le groupe»
– Maman d’un enfant de 4 ans

 

Je pense que si un enfant nous dit qu’il a envie de jouer et non d’aller à l’école, en tant que société nous ne devrions pas accepter cela facilement. En général plusieurs d’entre nous vont rappeler leur enfant à l’ordre et lui rappeler l’importance de faire des efforts. Je pense qu’on a au minimum une réflexion à faire à ce sujet. Je crois aussi que nous avons une responsabilité en tant que parent en terme de développement des intérêts intellectuels de nos enfants. Il ne faut pas tout laisser à l’école.
D’autre part, un enfant ne devrait jamais s’ennuyer à l’école maternelle parce qu’il sait déjà lire. Pas plus qu’un enfant qui s’ennuie en deuxième année parce qu’il comprend les fractions ou un enfant locuteur natif anglophone dans un cours d’anglais langue seconde. Je crois que c’est normal de s’ennuyer, c’est également un apprentissage à faire mais ce devrait être minimisé dans un contexte d’apprentissage.

Les enfants arrivent dans une classe avec quelques fois 11 mois de différence avec d’autres camarades. C’est énorme comme différence. Enseigner la même chose pour tous ça peut-être contre-productif. mais il existe des moyens pédagogiques d’adapter l’enseignement aux besoins différents des élèves. Les enseignants orthopédagogues ou ceux qui enseignent dans une classe d’élèves à besoins multiples (handicaps, difficultés d’apprentissage, troubles neurologiques divers) eux, les utilisent constamment. Malheureusement la plupart des enseignants que j’ai vus dans ma carrière d’orthopédagogue ne les utilisent pas assez. Pourquoi? Pour des raisons économiques certes mais aussi parce que nous, parents, on tolère que notre enfant s’ennuie à l’école.

 

Je dois dire qu’avec la venue du développement d’approches pédagogique diverses les enfants sont plus actifs en classe mais rarement, selon moi, ils ont des défis exactement à la hauteur de leur capacités. La vérité c’est que comme parents il est possible d’aider. Il est possible de s’impliquer dans les intérêts intellectuels de votre enfant. Voici quelques idées simples qui ne devraient pas chambouler votre horaire et qui devraient soutenir les intérêts intellectuels de vos enfants.

Soyez impliqués dans les apprentissages de votre enfant, ses réflexions, soutenez ses intérêts. Quelques fois il s’agit que quelques minutes de votre temps. Il peut s’agir de coordonner quelqu’un pour faire le suivi à votre place. Cette personne peut-même être son enseignante.

 

Comment faire pour adapter ces activités à mon horaire chargé?

Être parent, comme être enseignant c’est être constamment en gestion des priorités. Il y a un nombre de variables incroyables et il faut choisir entre ces variables pour être le plus efficace/signifiant/amusant/organisé. Ça va au-delà de seulement dire :  « choisis tes batailles » c’est « choisis tout, et choisis bien ». Tout cela pour dire que pour faire des choix il faut connaître le plus de variables possibles. Selon moi le choix parfait dans ce contexte devrait être :

Choisir un thème qui s’apparente le plus aux intérêts de mon enfant et de sa capacité à effectuer la tâche dans sa zone proximale de développement. Cela, bien sur sans chambouler complètement ma propre routine et me laisser la possibilité de faire mes tâches habituelles. Aussi idéalement cette activité d’apprentissage me permettrait de passer du temps de qualité avec mon enfant tout en n’empiétant pas sur mon propre temps libre.

La solution miracle n’existe pas malheureusement mais on peut selon moi arriver très près en faisant une bonne moyenne de toutes ces variables et en faisant quelques fois deux choses en même temps.

 


Voici quelques façon de rendre votre vie plus simple.

  1. Utiliser les moments de transition, par exemple les moments ou vous êtes dans la voiture pour faire des retours sur les apprentissages ou encore pour faire des évocations spécifiques sur les étapes de résolutions de problème.                                                                                                                                                                                  
  2. Changez les meubles de place dans la chambre de votre enfant ou dans la salle de jeu de façon à le motiver et lui donner une place pour travailler sur son projet. Changez l’organisation à chaque projet. Exemple : faire un laboratoire, une table pour laisser un projet en suspend. Profitez-en ensuite pour laisser de la documentation ou encore des objets qui pourront l’aider à continuer son projet sans vous.
                                      
  3. Encouragez les parcelles d’entrepreneuriat de vos enfants même les plus farfelues, ils apprendront par eux même que de demander une somme incroyablement élevée pour un bricolage ne leur permettra pas de devenir riche. Ce n’est toutefois pas une raison de les empêcher de le faire.
  4. Profitez des connaissances de vos amis ou des amis de vos enfants. Poser des questions à un vrai humain c’est plus simple quelques fois pour un enfant que de passer beaucoup de temps à chercher sur internet. Surtout s’il ne lit pas de façon fluide. C’est aussi plus facile de reformuler dans ces mots après coup.
  5. Lorsque les enfants ont à utiliser des outils d’adultes, utilisez la technique des ”permis d’utilisation” que j’utilise beaucoup en classe étrangement davantage avec des adolescents mais à la base c’était pensé pour des enfants. Il s’agit en fait d’un permis (une petite carte) qui est issu d’un certain nombre de temps à recevoir une formation et à pratiquer l’utilisation dudit outil. Par exemple pour qu’un enfant puisse utiliser un vrai couteau à cuisine il commencera avec un ”permis de couteau à beurre” puis ensuite graduera à un ”permis de petit couteau” et pourra graduer éventuellement à un vrai couteau de cuisine. Lors des activités proposées vous pourrez alors donner les outils appropriés à vos enfants. Ils sauront aussi quels outils ils peuvent utiliser seuls, vous n’aurez pas besoin de tout surveiller.

Laissez au enfants le temps d’explorer, ça devrait vous laisser un peu de temps pour faire autre choses durant ce temps. Quelque fois on est mieux de ne pas intervenir.

Comments are closed.